Missions Netmath

Par dans mission

Ceci est mon dernier article pour Netmath. J’ai eu l’immense plaisir d’écrire à propos de thèmes qui ont été, je l’espère, inspirants et éclairants, tels que l’importance d’intégrer l’histoire des mathématiques dans nos classes, voire dans nos vies en général. Ainsi, il me paraît logique que ce texte soit à propos des missions Netmath, car ce sont elles qui m’ont poussé à joindre l’équipe en 2015. J’ai été attiré par cette dévotion particulière vouée à donner vie à l’histoire des mathématiques par les élèves et les enseignants.

 

Un élève apprend plus facilement et a davantage le goût d’apprendre lorsqu’il se sent interpelé par le sujet enseigné. En ce sens, en mathématiques, les possibilités de susciter son intérêt sont innombrables. Autrefois, cela passait par l’application traditionnelle de cette matière aux domaines des sciences, de la technologie ou de l’administration ainsi que l’application d’aspects pratiques dans nos vies quotidiennes. Cependant, raconter et partager des portions de l’histoire des mathématiques doivent devenir les moyens les plus convaincants pour les élèves de donner un sens à l’apprentissage de cette science. Netmath a commencé la création de ses «Missions» il y a de cela dix ans, avec l’histoire d’une ville fictive, Mathlantis, dérobée de toutes ses notions de mathématiques par le vilain Dr Chaos.

Le seul moyen pour les élèves de reconstruire Mathlantis est de retourner dans le temps et de retrouver les notions de mathématiques perdues grâce à l’aide de différents mathématiciens ayant marqué l’histoire. Au départ, les élèves n’ont pas accès aux missions. Pour débloquer l’accès à la première d’entre elles, ils doivent récolter cinq étoiles dorées, et ce, en complétant correctement cinq activités sur la plateforme. Cette approche ludifiée assure que les élèves maîtrisent parfaitement le contenu de base du programme avant de se lancer dans l’enrichissement. Les missions racontant une histoire; elles doivent donc être accomplies dans un ordre séquentiel. De manière générale, le niveau de difficulté des questions de ces missions est plus élevé que celui des activités et aucun indice n’est donné aux élèves. Chez Netmath, nous pensons qu’il est grand temps que les élèves développent leur persévérance une fois que la compréhension des notions de base est acquise. Souvent, les enseignants nous écrivent pour obtenir des indices, mais nous demeurons inébranlables. Nous maintenons notre idée d’apporter moins d’aide, ce qui s’avère en réalité être la meilleure façon d’aider les élèves et les enseignants à penser et à persévérer, tels des mathématiciens!

Chacune des missions débute par une petite histoire à propos d’un mathématicien et de son lien avec la trame du récit. Même si les types de problèmes varient d’une mission à l’autre, ces derniers sont majoritairement à la portée de tous les élèves du troisième cycle du primaire ainsi que de ceux au secondaire. Une fois que les élèves ont complété une mission, ils ont envie d’en entreprendre une nouvelle. Cependant, pour obtenir l’accès à la suivante, ils doivent récolter cinq étoiles dorées et, pour ce faire, compléter cinq autres activités du programme de base. Pour mener à bien leur quête et accéder à la mission finale, la dixième, qui permet de sauver Mathlantis, les élèves doivent donc compléter 50 activités.

 

Quand Netmath a intégré ses missions sur sa plateforme, l’objectif n’était que de partager aux élèves l’histoire des mathématiques. Bien que cet objectif demeure, nous avons, au cours des dix dernières années, changé notre perception de la notion d’équité et avons réalisé l’importance des missions dans la formation identitaire et l’ouverture aux différentes cultures. Nous avons ainsi décidé de mettre en valeur simplement, mais concrètement cette nouvelle prise de conscience en diversifiant les portraits des mathématiciens présentés.

 

La semaine dernière, la communauté mathématique a perdu l’une de ses pionnières, Katherine Johnson, une des femmes mises à l’honneur dans le film Les Figures de l’ombre.

Pour terminer mon dernier article, je ne peux songer à un message à propos de l’histoire des mathématiques plus puissant que l’article écrit par Junaid Mubeen l’année où Les Figures de l’ombre était nominé aux Oscars dans la catégorie du meilleur film. Le titre de cet article parle de lui-même. Lorsque nous n’enseignons pas l’histoire des mathématiques, lorsque nous faillons à notre devoir de l’enseigner, nous échouons à notre mission de partager la profondeur des histoires qui la compose, la privant ainsi d’un oxygène qui lui est nécessaire.

 

Il reste encore une grande partie de l’histoire des mathématiques à découvrir, mais surtout à vouloir connaître. Nos âmes le requièrent et nos élèves le méritent.

 

Débloquez les missions et essayez-les avec vos élèves !

Mathematics Learning Specialist | Spécialiste de l'apprentissage des mathématiques